Quelques commentaires sur « Le Passage de Saint Armel »…

Les sonorités des bagadoù, comme le vôtre, Kiz Avel, me sont peu familières et « exotiques aux oreilles », par manque d’habitude.
Avec Nar’h, le début du morceau « Laridé 8 », me fait un peu le même effet, mais son thème me semble familier par contre.
Mais très vite ça bombarde sérieux, si je puis me permettre ce jeu de mots douteux.
Superbe dynamique, beaux sons d’instruments et jeux érudits, chapeau (rond) bas. Oui, de retour d’Allemagne, les jeux de mots débiles sont en soldes, désolé.
L’entrée de la batterie est classieuse, sa suite fine et vivante booste le titre vers la soul-pop.
Le groove et les petits riffs aux beaux grains nasillards de la basse, perfectionnent le tableau et donne un coté chic à cette ronde entrainante.
Beau travail, Madame, Messieurs : cela s’écoute avec attention.
Andromader !
Une bosse, deux bosse… une galaxie, deux galaxies, une princesse, deux princesses, la Bretagne en Amérique latine, le chouchen me le dira ?

Et j’ai oublié de parler du saxophone qui contraste suavement et jazzifiquement avec la pêche des bagpipes et pipes tout court, sur les deux titres.
Et le guitariste, me direz-vous ? Une citation ajoutant un air de U2, Simple Minds dans votre musique…