Fête des Conscrits

La tradition Conscrits

Une tradition unique en France. Nulle part ailleurs, la fête des Conscrits n’a pris une telle ampleur. Ici, elle cimente les générations à travers une amitié quasi indéfectible, élevée, depuis plus d’un siècle, au rang d’une institution. Entre conscrits de même classe, on se tutoie sans distinction sociale, on s’épaule en cas de difficulté. « Conscrit un jour, conscrit toujours » dit-on. Mais attention ! cela ne concerne que les messieurs.Tradition, oblige!

Histoire
La tradition remonte au siècle dernier. A l’époque -révolue- du tirage au sort des conscrits qui s’effectuait à l’Hôtel de Ville, les jeunes hommes de 20 ans faisaient la fête avant d’être appelés à servir sous les drapeaux de longues années. Or, pendant le Second Empire, deux jeunes Caladois se présentèrent devant les autorités vêtus avec habit noir et gibus. L’année suivante, leurs successeurs firent de même. La coutume s’instaurait.
En 1880, le Caladois Charles HUGAND fut le premier à vouloir fêter l’anniversaire de son tirage au sort, 20 ans après. Au fil des ans, l’idée a été reprise par d’autres. La tradition était née et la fin du tirage au sort en 1905 ne l’a pas arrêtée, ni la suspension du Service militaire en 1998.
Une charte très précise en a établi définitivement les règles afin d’éviter tout débordement, de maintenir l’esprit de la fête et de maîtriser toute évolution hâtive (tenue des conscrits, esprit et comportement du conscrit, etc.). Cela n’empêche pas l’Interclasse de posséder son propre site internet à l’instigation de l’Interclasse en 7.